Histoire de l’ostéopathie

Publié le

Pour ce premier article, commençons par le début en parlant un peu de l’histoire de l’ostéopathie. D’où vient t’elle ? Quelles sont ses origines ?

Bien que qu’il existe depuis longtemps bon nombre de rebouteux exécutants des manipulations similaires, l’ostéopathie telle que nous la connaissons aujourd’hui a fait son arrivée plutôt récemment en France. Les premières écoles sur le sol français ont vu le jour il y a seulement une trentaine d’années.

Cette thérapie nous vient des États-Unis. C’est Andrew Taylor Still (1828-1917), un médecin américain aujourd’hui considéré comme le père de l’ostéopathie, qui en posa les bases. Possédant des connaissances poussées en anatomie et physiologie, il s’interrogea sur le fonctionnement du corps humain face à l’impuissance de la médecine de l’époque face à certains maux. La toute première école ostéopathique fût fondée à Kirksville en 1892. L’ostéopathie continua à se développer aux États-Unis et devient autorisée dans tous les états au début du XXème siècle.

C’est un des élèves d’A.T.Still, John Martin Littlejohn (1865-1947) qui amena cette thérapie de notre côté de l’Atlantique. Il fonda sa propre école d’ostéopathie, la première en Europe, en 1917 à Londres.
D’autres tels que William Garner Sutherland (1873-1954) continuèrent de faire évoluer la pratique de l’ostéopathie. C’est à partir de là que se développa le courant ostéopathique européen.
La médecine ostéopathique est apparue en France dans les années 1960, grâce à des praticiens formés au départ aux États-Unis ou au Royaume-Unis. Ce ne fût que bien plus tard, le 4 mars 2002, que l’exercice de l’ostéopathie est légalisé en France.